Il y a 20 ans, le Conseil fédéral appelait de ses vœux la création du Conseil Suisse des Aînés en tant qu‘organe consultatif sur les questions liées au vieillissement pour lui-même, pour le Parlement fédéral et les offices fédéraux.

Depuis lors, le CSA représente les intérêts sociaux, économiques et culturels des personnes âgées auprès du gouvernement fédéral, des médias et du grand public. L‘objectif est de véhiculer une image positive de la vieillesse. Les personnes âgées constituent un fondement important de notre société ; elles ne peuvent pas être mises sur la touche.

Environ un quart de la population suisse est à l‘âge de l‘AVS. Avec une telle proportion, les seniors jouent un rôle prépondérant dans l‘évolution de la société et de la politique. Pour certains seniors, et malgré des décennies d‘activité professionnelle et de cotisati- ons aux assurances sociales, il devient de plus en plus difficile de faire face à leurs dépenses. Le CSA milite pour la garantie d‘un niveau de vie adéquat pour toutes les personnes âgées, comme le prescrit la Constitution fédérale.

La sécurité sociale est le ciment pour qu‘une société fonctionne. La reconnaissance due à la population de seniors pour sa contribution économique et sociale à une économie nationale prospère s‘exprime par la garantie d‘un niveau de vie adéquat, ainsi que par des soins sociaux et de santé de qualité. Le CSA attache également une grande importance à la coopération intergénérationnelle. Ce postulat démontre que son engagement s‘applique également aux générations de retraités du futur.

Mesdames les anciennes Conseillères fédérales,

Madame la Conseillère aux États,

Monsieur le directeur de l’Office fédéral des assurances sociales,

Mesdames et Messieurs les professeurs,

Madame Heim, Monsieur Grunder,

Mesdames et Messieurs,

Dans l’intervalle, la situation sanitaire s’est toutefois améliorée, en particulier pour les aînés vaccinés. Et c’est en grande partie à la recherche qu’on le doit, le secteur qui a permis qu’aujourd’hui, dans les régions prospères du monde, une si grande partie de la population puisse avancer en âge.

De tout temps, l’âge a inspiré une myriade d’aphorismes. L’actrice britannique Joan Collins a notamment dit : « L’âge, c’est juste un chiffre. Il n’a aucune espèce d’importance, sauf si tu es une bouteille de vin. » Voilà qui sonne bien, pourtant rares sont ceux qui se reconnaissent dans cette formule …

Mesdames et Messieurs

Reconnaître les ressources et le potentiel que recèle la situation des aînés est capital pour la politique. Parallèlement, nous entendons préserver l’autonomie des plus âgés. C’était d’ailleurs un objectif politique de la 9e révision de l’AVS en 1979. La protection financière n’est pas tout, l’autonomie des plus âgés doit être favorisée. La stratégie du Conseil fédéral en matière de politique de la vieillesse de 2007 intègre ces deux orientations.

Conformément aux règles du fédéralisme et au principe de subsidiarité, la Confédération règle avant tout les aspects financiers et sanitaires de la prévoyance vieillesse. Des solutions s’imposent dans ce domaine et nous y travaillons. Face à la gageure de l’évolution démographique, nous devons en particulier nous interroger sur la manière d’assurer une prise en charge et des soins de qualité aux personnes âgées. Pour apporter des réponses valables à cette question, il ne suffit pas qu’un seul niveau de l’État s’engage. Aussi la Confédération marche-t-elle la main dans la main avec les cantons.

Par les conseils qu’il prodigue aux autorités, aux associations et aux fournisseurs de prestations sur les questions liées à la vieillesse, le Conseil suisse des aînés assume une tâche difficile. Le programme d’aujourd’hui est révélateur de la diversité et de la complexité des dossiers dans ce domaine. Mais le CSA est aussi représentatif de la scène politique. Toutes les sensibilités sont réunies dans ses organes, ce qui lui permet de fournir des avis reposant sur un consensus et de proposer des solutions qui servent les intérêts des plus âgés.

Je vous remercie de votre engagement. Longue vie au CSA et prenez soin de vous !


Guy Parmelin

Communiqué

Congrès du Jubilé – 20 ans du Conseil Suisse des Aînés (CSA)
24 septembre 2021

Le CSA est un point de convergence pour les besoins et les attentes des personnes âgées.

“Renforcer la vieillesse”, tel était le titre du Congrès anniversaire du CSA, auquel ont participé des orateurs de premier plan issus du monde politique, économique et social, ainsi que quelque 350 seniors. Dans son allocution de bienvenue, le Coprésident du CSA, Roland Grunder, a souligné qu’avec 1,8 million de rentiers en Suisse, auxquels il faut en ajouter 600 000 à l’étranger, la population des seniors représente une part importante de notre société.

L’ancienne Conseillère fédérale et Présidente de la Confédération, Ruth Dreifuss, a expliqué comment le CSA a été fondé en 2001. La génération des seniors n’étant pas un groupe de population homogène, il était important pour elle qu’un organe soit créé pour conseiller le Conseil fédéral, les parlements nationaux et l’administration fédérale sur leurs besoins et leurs attentes.

L’actuel Président de la Confédération, Guy Parmelin, a évoqué les réalisations des anciennes générations. Beaucoup de choses que les jeunes considèrent comme acquises aujourd’hui ont été réalisées avec beaucoup d’engagement. Le CSA est le reflet de la diversité politique de notre pays ; ses membres représentent différentes tendances. Le Conseil peut donc élaborer des déclarations largement soutenues et préparer de bonnes solutions dans l’intérêt des personnes âgées.

L’intégration sociale et la sécurité sont des éléments clés de la vieillesse

Dans le cadre d’une table ronde, l’ancienne Conseillère fédérale Evelyne Widmer-Schlumpf, en tant que Présidente de Pro Senectute, la Conseillère aux États genevoise Lisa Mazzone, le Professeur Walter Schmid de la Haute Ecole Spécialisée de Lucerne et Lukas Bäumle, en tant que représentant du CSA, ont demandé une reconsidération des classes d’âge. L’accent ne doit pas être mis sur l’âge, mais sur l’expérience et les compétences. De nombreuses personnes âgées veulent resteractives pour être reconnues et appréciées au sein de la société. Lors de la pandémie de la COVID, qui a sévi pendant un an et demi, c’est exactement le contraire qui s’est produit : les personnes âgées ont été marginalisées et socialement isolées .

Il a été noté positivement que quelque chose bouge dans le domaine des soins aux personnes âgées. Un problème non résolu, cependant, est la reconnaissance du travail de soins par les proches. Bruno Parnisari, directeur adjoint de l’Office fédéral des assurances sociales, a démontré dans son exposé qu’il n’y a pas lieu de craindre pour les retraites à l’avenir. En Suisse, les instruments de retraite sont constamment adaptés à l’évolution des circonstances

La médecine doit rester humaine

Le Dr Astrid Stückelberger, professeur à l’Université de Genève, a traité de la vieillesse dans le futur. La vie est de plus en plus déterminée par des éléments bioélectroniques. La question éthique se pose de savoir ce qui peut rester naturel chez l’homme et où sont les limites de l’intelligence artificielle. Les progrès constants de la médecine ne doivent pas remplacer le médecin.

L’astronaute Claude Nicollier a transporté le public dans l’espace par-delà les générations. Cependant, malgré toutes les possibilités techniques, l’homme doit garder le contrôle. Il existe des difficultés non seulement sur notre Terre, mais aussi dans l’espace, tel le changement climatique.

La discrimination fondée sur l’âge est toujours d’actualité

La Présidente de Gerontologie.CH, Delphine Roulet-Schwab, et Karl Vögeli, Président de l’Association suisse des personnes âgées (ASA), ont évoqué divers exemples de discrimination à l’encontre des personnes âgées dans leur vie quotidienne. Ils ont demandé que les personnes âgées soient traitées sur un pied d’égalité avec le reste de la population. Une collecte de signatures pour une initiative demandant l’insertion d’une interdiction de la discrimination dans la Constitution sera bientôt lancée.

La Coprésidente du CSA Bea Heim a d’abord chaleureusement remercié son collègue de la coprésidence, Roland Grunder, qui avait la responsabilité globale de ce congrès anniversaire, pour son grand engagement, puis le modérateur Stephan Klapproth pour sa conduite avisée et humoristique du congrès et enfin le Quintetto Inflagranti pour les intermèdes musicaux d’ambiance. Des remerciements supplémentaires ont été adressés aux orateurs qui ont donné à l’auditoire beaucoup de matière à réflexion.

1er octobre 2021
Conseil Suisse des Aînés

Responsable Presse
Reinhard Hänggi